• English
Réservation

Sélectionner une page

MARC VIVIEN FOÉ

MARC VIVIEN FOÉ

Un lion ne meurt jamais, il dort !

Né à Yaoundé le 1er mai 1975, Marc Vivien FOE le milieu de terrain camerounais meurt à 28 ans d’un arrêt cardiaque le 26 juin 2003 au cours d’un match de l’équipe nationale face à la Colombie à Lyon en France. Il laisse une veuve Marie- louise FOE, et 3 enfants. 15 ans déjà, il aurait eu 43 ans cette année, il était un père, un époux, un footballeur et aussi un entrepreneur. Mais il était surtout connu et apprécié pour sa gentillesse et sa simplicité. Sa disparition a provoqué une vague d’émotion dans le monde entier, du Cameroun à Lens en passant par Lyon, Manchester city et West Ham, ses anciens clubs.

Au RC Lens, le numéro 17 est retiré de l’effectif, des obsèques nationales lui sont rendues, le pays pleure son lion indomptable, foudroyé sur les champs de bataille pour le drapeau national. De sa mémoire, on retiendra Le PRIX MARC VIVIEN FOE crée en 2009 par RFI qui récompense le meilleur joueur de football Africain évoluant dans le championnat de France. Karl Toko Ekambi attaquant de l’Angers SCO est le seul Camerounais à l’avoir obtenu à ce jour. Et aussi les Lions champions d’Afrique en 2017 arborant le Numéro 17 en hommage à Marc Vivien FOE après leur victoire face à l’Egypte.

« Comme un mur, la mort nous a séparé cher grand frère Marco. Ton amitié, ton affection et ton professionnalisme restent à jamais gravés dans nos cœurs. » Samuel Eto’o.

Nous ne t’oublions pas !

A propos de l'auteur

AN

Ambena Ndono Emilie Clarisse, CEO de SID (South ID ou Identités Sud), Agence spécialisée dans les relations publiques et directrice de publication du Magazine « Made in Cameroon ».Titulaire d’un master en Entreprenariat, je suis passionnée de voyages, lecture, musique et surtout du Cameroun.

WhatsApp Chat

Ce magazine est le votre, racontez

votre région, votre légende, ou votre follow me

à contact@sidpublicretions.com et vous serez publié.

Écrivez vite!!!

This information will never be shared for third part